Et je danse, aussi

Une fois n’est pas coutume, me voilà avec un nouvel article quelques jours seulement après le dernier… N’espérons pas le début de nouvelles bonnes résolutions, il paraît qu’il faut un cumul de 21 occasions pour instaurer une habitude !

9152bl1ejyl-sl350
Un livre à la couverture feel good !

Cette semaine, je me suis plongée, sans trop d’attentes, dans le roman épistolaire Et je danse, aussi, co-écrit par Anne-Laure Bondoux et Jean-Claude Mourlevat. Et ce fut un délice !

L’histoire commence lorsque Pierre-Marie, auteur à succès, reçoit dans sa boîte aux lettres cette grosse enveloppe avec, au dos, une simple adresse mail. Il pense immédiatement à un manuscrit. Ne souhaitant pas le lire, il répond à cette Adeline Parmelan de lui envoyer son adresse postale, afin qu’il le lui retourne. Ce qu’elle refuse de lui fournir, pour l’instant. Son insistance entraîne le début d’une correspondance soutenue, lyrique, enjouée, entre cet homme de 61 ans qui vit seul dans sa grande maison, et cette femme, plus jeune, mais également plus mystérieuse, qui lui rappelle étrangement son épouse disparue. Que contient cette enveloppe qu’il n’ose plus ouvrir ?

Je pense que, dès le départ, le jeu littéraire qui a conduit à ce roman m’a fascinée. Les deux auteurs sont amis, représentent chacun un personnage (puis plusieurs par la suite)… Et ne se sont pas concertés, tout du moins au début. Quand Jean-Claude Mourlevat décide d’envoyer ce premier mail à Anne-Laure Bondoux, il ne sait pas ce qu’elle va lui répondre, et il n’a aucune idée de l’histoire qui va se créer là. J’ai trouvé cela très intéressant ! D’autant plus qu’il m’ait arrivé d’avoir le même genre d’exercice littéraire avec une amie, il y a quelques années, et que je garde un bon souvenir de cette expérience.

Après je n’ai pas été dupe, cette méthode a eu ses défauts. On sent le talent des deux auteurs dans les deux personnages principaux, attachants, plein d’humour, et dans l’histoire, dont le déroulement m’a beaucoup surprise. Cependant, l’histoire prend du temps à se mettre en place, on sent que les cinquante premières pages plantent le décor sans être guidées suffisamment pour la suite de l’intrigue… Jusqu’au moment où tout se dessine et la suite se décide, certainement après une concertation entre les auteurs sur la direction de l’intrigue. L’ensemble fait un peu brouillon et indécis au début, puis beaucoup plus directif voire rapide par la suite.

Après, il faut avouer que je suis tatillonne. L’ensemble est réussi, ce roman feel good m’a donné envie de reprendre des correspondances (par mail ou sur le papier), de boire du thé enfoncée dans un fauteuil, de rire et d’aimer la vie. Ce qui était clairement l’objectif du roman ! Tout cela se termine en beauté, même si j’avais deviné beaucoup de choses, j’ai pu être agréablement surprise.

En conclusion, un roman à lire dans un moment de déprime, pour vous donner le sourire aux lèvres !

Publicités

4 réflexions sur “Et je danse, aussi

  1. Je ne connais pas du tout Anne-Laure Bondoux, mais j’aime beaucoup Jean-Claude Mourlevat. En tout cas, malgré le petit reproche de lenteur au départ, tu m’as donné très envie de lire ce livre. Merci ! 🙂

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s