Les chaînes du dragon, de Patricia Briggs

Il y a quelques semaines, ma liseuse est décédée après des années de service cahin cahat. Comme tout est absolument logique dans ma vie, je lis trois fois plus depuis, sur mon téléphone et en me bousillant les yeux (surtout quand il s’agit de manuscrits des éditions HPF, le format pdf A4 n’est pas franchement conseillé). J’attends Noël avec impatience, si vous avez des conseils de liseuse je suis preneuse !

Qui a enchaîné le dragon d'Hurog ?
Qui a enchaîné le dragon d’Hurog ?

Bref revenons à nos moutons. J’ai donc lu Les chaînes du dragon, de Patricia Briggs, autrice dont j’ai déjà lu plusieurs séries d’urban fantasy  (notamment Mercy Thomson, que je recommande au moins pour les premiers tomes !). Je la découvrais donc pour la première fois sur de la pure fantasy, et je n’ai pas été déçue !

Première réflexion dès les premières pages : c’est de la fantasy mais sans les codes d’écriture habituels du genre. Récit à la 1ère personne, au présent, vous me direz que ce n’est pas grand chose mais je n’en ai pas lu beaucoup dans de la fantasy médiévale avec mages, dragons, nains et tout le tintouin.

Deuxième réflexion : le personage principal est fichtrement intéressant ! Stolon est le fils aîné du roi de Hurog, cette vieille ville près des montagnes au milieu d’un territoire en déclin. Il y a des siècles, elle était protégée par de vrais dragons, d’après ce qu’on dit. Stolon joue l’idiot depuis que son père l’a battu jusqu’à le laisser pour mort. Il s’en est sorti avec de lourdes séquelles, paralysé pendant un temps, une lenteur de langage… mais un cerveau parfaitement au point, et ça personne ne le sait ! Il se protège : son père veut conserver sa place, si réputée malgré les déboires actuels, à tout prix, et un fils intelligent serait une menace.

Jusqu’au jour où son père décède d’un accident de chasse. Avant de mourir, il a le temps de nommer l’oncle de Stolon à la tête d’Hurog, jusqu’aux 20 ans de  son fils. Mais un malheureux concours de circonstances (une esclave libérée, un ami du roi des rois furieux, une bêtise de Stolon), et le voilà déclaré inapte par le roi, et condamné à l’asile. Stolon n’a plus le choix : il fuit, direction un comté voisin où, dit-on, la guerre gronde. Car quoi de mieux que de revenir à Hurog en Héros de guerre pour prouver sa valeur ? (J’avoue, ce n’est pas la meilleure idée de Stolon peut-être.)

Une histoire de fuite avec une bande de compagnons bien joyeuses, quelques retournements de situation inattendus, des personnages attachants et des moments drôles… Une belle découverte donc, que je conseille aux amateurs de fantasy !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s