Quand rentrent les marins

Quand rentrent les marins, d'Angela Huth
Quand rentrent les marins, d’Angela Huth

Myrtle est femme de pêcheur. Sa meilleure amie, Annie, est femme de pêcheur. Sa mère, Dot, était femme de pêcheur. Dans ce petit village perdu sur la côte de l’Ecosse, le monde vit selon les caprices de l’océan. L’attente est angoissante, la mer traîtresse, les rumeurs font vivre ce village où il ne se passe rien…

Complètement en décalage avec ce que je lis d’habitude, j’ai trouvé ce livre lors d’un rare passage en librairie. Il y avait un petit marque-page Coup de Coeur du libraire accroché à la couverture. Le titre m’a frappée : je viens d’une ville portuaire, et ça faisait longtemps que j’étais curieuse de lire quelque chose sur le sujet. Je n’ai pas été déçue.

Myrtle Duns, avant tout

S’il y a bien une chose que je dois admettre à la fin de cette lecture, c’est qu’Angela Huth a su parfaitement transmettre au lecteur le quotidien de ces villages de pêcheurs perdus dans un autre temps. C’est lent, au rythme des marrées et des retrouvailles… Et l’attente, la vraie, accompagnée de cette inquiétude toujours présente de ne pas revoir l’être aimé… J’ai vraiment ressenti tout ça.

Mais avant tout, ce livre raconte l’histoire de Myrtle, une grande femme réservée, sage, modeste, qui semble bien ordinaire (laide, dirait-elle)  à côté de la beauté sublime qu’est son amie Annie. Myrtle qui durant toute son enfance n’a jamais cru possible d’attirer un homme, et qui pourtant épouse Archie à 22 ans.

Le roman, mélange de présent et de flashbacks incessants, retrace les moments marquants de son enfance, son premier amour, la mort de son père en mer, sa mère si droite et forte… Et surtout son amitié avec Annie, qui a toujours eu le monde à ses pieds, n’a vu guère que trois hommes résister à ses avances, pouvait avoir tout, est dépensière comme jamais, et a une fille Janice qu’elle considère à peine. Myrtle et Archie ne peuvent pas avoir d’enfants. Alors Myrtle aime Janice comme sa propre fille.

Je me suis énormément attachée à Myrtle. Même si au départ j’ai été très perturbée par ce mélange passé / présent qui me faisait perdre mes repères, je m’y suis vite fait, dévorant avec plaisir les anecdotes sur la vie de Myrtle. Quant à Annie… on comprend que Myrtle l’aime car elle ne lui a jamais tourné le dos. Quand Myrtle se faisait martyriser par les autres enfants pour sa laideur, Annie était de son côté. C’est presque sa seule amie. Et à cause de ça, Myrtle lui laisse passer une quantité effroyable de choses. Elle pensait qu’Annie ne lui cachait rien, ce qui est faux. Quand elle parle de Janice à Annie, elle se prend des remarques sur le fait qu’elle ne peut pas savoir ce que c’est que d’être mère. Et je ne compte pas le nombre de fois où Annie est jalouse de la « richesse » de son amie parce que Myrtle n’a jamais à attendre désespérément que le compte soit renfloué (autrement dit elle sait économiser) alors qu’Annie dépense chaque sous gagné par son mari en un claquement de doigts. Annie est égoïste et détestable, incapable de se remettre en cause, une pure gamine lunatique qui fait beaucoup de mal à Myrtle mais que Myrtle finit toujours par pardonner.

Autant vous dire que j’ai été prise aux tripes par cette amitié si instable et presque malsaine. Myrtle est une Poufsouffle pure et dure, et je me suis parfois reconnue dans la façon dont elle pardonne à son amie.

Mais c’est qu’il est jaloux celui-là !

Quelques regrets toutefois dans cette histoire : la quatrième de couverture (que je ne vous ai pas montrée) est comme souvent complètement inadéquate. Elle révèle notamment des choses qui se passent au 2/3 du livre, ce qui fait que j’ai eu beaucoup de mal au début à voir où voulait en venir l’auteur, à faire ses allers-retours passé  / présent. Jusqu’à ce je comprenne que ce n’est pas ça qui compte, mais bien Myrtle. Et Annie, et Archie…

En conclusion, un roman un peu lent qui m’a rendu perplexe au début mais que j’ai vraiment fini par apprécier. Et en bonus un excellent tournant vers les 2/3 du texte et une très bonne fin. J’ai parfaitement compris pourquoi le libraire l’avait noté en coup de coeur !

Et vous, l’avez-vous lu ? Qu’en avez-vous pensé ?

Publicités

5 réflexions sur “Quand rentrent les marins

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s