Comment Harry Potter a changé ma vie

Quand j’ai ouvert pour la première fois Harry Potter à l’école des Sorciers, je n’avais pas la moindre idée de l’impact que ce petit sorcier à lunettes allait avoir sur ma vie.

Raconte-moi une histoire…

C’était en 2001. J’avais 7 ans à l’époque, et je dévorais déjà les aventures de Fantômette, du Club des Cinq ou d’Alice, et courais à la poursuite du facteur pour qu’il me livre mes J’aime Lire et D Lire mensuels. Au réveillon du 1er janvier, ma tante nous avait donc offert, à ma jumelle et moi, les trois premiers tomes d’Harry Potter, nous affirmant que ces livres à la couverture pas du tout à mon goût faisaient un carton chez les jeunes.

Quelques jours plus tard, j’ai donc ouvert Harry Potter à l’école des Sorciers. J’ai lu dix pages, j’ai subi les perceuses de Mr Dursley, et j’ai refermé le livre, le cachant dans un coin d’une étagère, décrétant que tout ça, c’était pas pour moi.

Non, c’est non.

Comme quoi, les premières impressions ne sont pas toujours les meilleures…

Et puis les mois ont passé. Un beau jour, à l’occasion d’une sortie chez ma grand-mère et d’un trajet en voiture, j’ai découvert que ma sœur jumelle avait commencé la série. Et, à voir sa tête (et son agacement quand on la déconcentrait), ça avait l’air bien bon. C’est aussi là que j’ai appris que mon père s’était enfilé les trois dans mon dos et qu’il avait beaucoup aimé ce livre pour enfants. Un choc, je vous assure.

Vous devinez la suite de l’histoire… J’ai dépassé les premières pages, je suis devenue fan, j’ai avalé les livres à la vitesse grand V, la suite est sortie, j’ai échafaudé un milliard d’hypothèses avec mes parents et mes sœurs (parce qu’entre temps, tout le monde s’y était mis !). J’ai acheté le tome 7 en anglais pour le recevoir le 21 juillet 2007 et j’ai lu une centaine de pages avant d’abandonner. C’est ainsi qu’en lisant la version française j’ai appris que c’était Hedwige qui mourrait lors des sept Potter, pas Hagrid. Vous m’excuserez, mon niveau d’anglais de 3e n’était clairement pas à la hauteur ! J’ai dévoré Harry Potter et les Reliques de la Mort en quelques jours, deux tout au plus. Mon prof de maths m’avait laissée lire pendant les cours, parce que de toute façon j’étais incapable de m’en empêcher (et toute la classe me soutenait, c’était le dernier tome enfin !).

The Death of Fred, by Viria13
The Death of Fred, by Viria13

Et j’ai pleuré toutes les larmes de mon corps. Pour Sirius et Dumbledore dans les tomes précédents. Pour Dobby. Puis de l’écroulement du mur sur Fred à la toute dernière phrase. Il devait être trois heures du mat’, la maison était incroyablement silencieuse, mes bras sur lesquels j’étais appuyée me faisaient mal et j’avais tellement envie de dormir… Mais je continuais, et je pleurais si bien que parfois je n’arrivais plus à lire. La mort de Fred m’a bouleversée, peut-être parce que je n’imagine même pas la souffrance que ce doit être d’être séparé de son jumeau, et l’horreur de se retrouver seul. J’avais tellement mal pour Georges.

Ca a été une horreur de quitter ces personnages qui m’avaient bercée pendant six longues années. Je me suis endormie épuisée, et je suis restée stone tout le lendemain.

Mais l’histoire ne s’arrêtait pas là

Et ça, je le savais depuis plus d’un an déjà.

Jusque là, vous devez vous dire que cette histoire n’a rien d’exceptionnel. J’ai adoré cette saga, comme j’ai pu adorer la Roue du Temps ou l’Assassin Royal, mais bon, voilà. Ça n’a rien de révolutionnaire.

Sauf qu’un soir d’octobre ou novembre 2006, en arrivant un peu en avance à mon cours de danse hebdomadaire, je croisai une amie qui écrivait consciencieusement dans un petit cahier. Là, stupéfaction : j’appris que je pouvais retrouver mes personnages préférés en lisant de la fanfiction. Et que, si j’en avais envie, je pouvais lire des histoires sur l’improbable couple Hermione/Severus Rogue – chose étrange pour moi à cette époque et qu’était alors en train d’écrire mon amie.

La fanfiction, comme son nom laisse deviner, est une histoire écrite par un fan. Et des fans d’Harry Potter, croyez-moi qu’il y en a. Sur Fanfiction.net, le plus gros site de fanfictions au monde, on trouve pas moins de 723 000 histoires en une quarantaine de langues différentes mettant en scène l’univers de J.K. Rowling. C’est ainsi que je me suis retrouvée tous les soirs à lire sur HPfanfiction.org (le plus gros site de fanfictions HP françaises, et le meilleur !), sur des couples des livres tels qu’écrits par JKR, d’abord, du bon vieux Hermione/Ron et du Harry/Ginny. Puis sur d’autres que je n’aurais jamais envisagés : Sirius/Hermione, Hermione/Drago, Drago/Harry… Je suis devenue fan de Sirius, et du James Potter/Lily Evans. Alors je me suis mise à en écrire.

Do your best James, by Viria13
Do your best James, by Viria13

Je me suis inscrite sur le site quelques jours après avoir terminé le tome 7. Puis j’ai publié mes premiers écrits. J’ai appris à remanier des textes jusqu’à pouvoir accepter le regard du lecteur. J’ai appris à accepter la critique, et à considérer qu’aucune histoire ne vient sans un effort. J’ai appris à abandonner des projets, aussi, et à laisser courir mon imagination, à profiter de chaque nouvelle idée. J’ai appris qu’il était possible d’être lu, et qu’on pouvait toujours s’améliorer. J’ai appris à écrire, en somme.

J’écrivais déjà un peu, avant ma 3e, des remake de Charmed inutiles… Je n’ai jamais été très productive, et la somme de mes écrits est ridicule comparée à d’autres auteurs brillants qu’on trouve dans la fanfiction. Mais à chaque fois qu’il se passait plus de quelques mois entre deux séances d’écriture, il y avait toujours quelque chose pour me pousser à m’y remettre. Un commentaire d’un lecteur, une fic qui devient une source d’inspiration, les soucis de la vie… et HPF.

HPF, plus qu’un site, une communauté

Quelques câlins virtuels

Car un an après mon inscription sur le site, je faisais le grand saut, et m’inscrivais pour la première fois sur un forum. Et pas n’importe quel forum ! HPF, le forum lié à HPfanfiction.org. Un forum où j’ai rencontré des dizaines de gens différents, des personnes qui partageaient avec moi cette passion, avec lesquels je pouvais discuter pendant des heures de mes personnages préférés, mais aussi d’écriture, de conseils, de méthodes, d’apprentissage… Des personnes qui étaient là aussi aux moments où la vie n’était pas très gentille avec ma famille. Des gens qui m’ont soutenue, qui m’ont encouragée à continuer à écrire. Parce qu’écrire n’est jamais simple, c’est long et souvent fastidieux, et il faut du courage pour passer du « je gribouille un coup de temps en temps » au « ce soir, et demain, et après-demain, et dans deux mois, j’écris ».

Ces personnes si différentes mais si passionnées m’ont appris l’ouverture d’esprit. Grâce à ce forum, j’ai été sensibilisée à tout un tas de questions de société qui ne se posaient pas dans mon cercle familial restreint. Homosexualité, genre, égalité Hommes/Femmes, image de soi, Mariage pour Tous, toutes ces questions taboues chez moi étaient discourues de long en large, avec une variété d’avis et de raisonnements qui m’ont aidées à remettre en question mes valeurs et ma tolérance. Je ne peux pas en vouloir à mes parents sur leurs idées, question de génération, de milieu (agricole du nord humpf) et d’éducation. Et je sais qu’ils ont eux aussi beaucoup évolué (probablement grâce au fait que ma sœur et moi, plus jeunes et ouvertes, pouvions leur faire comprendre qu’il n’y a pas lieu d’être intolérant).

HPF, c’était une communauté qui me tenait à cœur, et j’ai très vite eu envie de m’investir. Modératrice pendant un temps (après la prépa est arrivée, et voilà…), organisatrice d’événements, adhérente à l’association Héros de Papier Froissé qui gère les différents sites de la communauté, puis membre du Comité d’Administration de cette asso (jusqu’à il y a quelques semaines, quand mon mandat a pris fin). Je ne me vois pas abandonner ces sites et ces personnes après tout ce qu’ils m’ont apporté. Quand j’étais en prépa, ma seule échappatoire était cette HPFienne qui vivait près de chez moi. J’ai de formidables souvenirs de soirées passées à regarder Bones et à parler HP, au milieu de DS de maths et de révisions d’histoire…

Certes, je lis bien moins de fanfics qu’avant, je n’écris presque plus de Jily, mais je reste là, au milieu de toutes ces personnes qui sont devenues importantes pour moi. Je sais parfaitement que sans Harry Potter, je n’aurais jamais atterri là : je n’ai jamais rencontré une saga qui me donne envie d’écrire et me booste comme celle-là. Et je ne serais pas devenue celle que je suis aujourd’hui, avec mes valeurs et mes idéaux. Harry Potter m’a appris à rêver, à croire que tout était possible.

Joanne K. Rowling
Joanne K. Rowling

Je ne sais pas où je serai dans dix ou vingt ans. Mais je sais une chose : j’écrirai toujours, même s’il faut que je me lève plus tôt chaque jour pour profiter des matinées calmes et des cafés solitaires pour ça. Et dans dix, vingt, trente ans, je veux relire Harry Potter et pleurer comme la première fois, jusqu’à ce que mes enfants s’inquiètent et découvrent la saga à leur tour.

Joanne, je sais que vous ne lirez probablement jamais ces lignes, mais je voulais conclure en vous disant merci. Merci d’avoir continué à lutter pour votre sorcier malgré les refus des premiers éditeurs. Merci d’avoir écrit cette histoire qui a touché toute une génération d’enfants, moi incluse. Et merci d’avoir changé ma vie.

Publicités

6 réflexions sur “Comment Harry Potter a changé ma vie

  1. Je suis tombé sur ce magnifique texte grâce à twitter ( et Hpfanfiction donc) et je tenais à te dire merci. Car c’était tout simplement magnifique, j’avoue même pleurer (en écrivant ce commentaire) tellement cela m’a touché. Alors encore merci car ce point de vu est aussi le mien malgré une histoire personnelle différente. Et oui HPFanfiction est un site fantastique grâce à tous ceux qui s’en occupent, ceux qui écrivent, ceux qui lisent… Mais ce n’est pas qu’un site colle tu le dis c’est une communauté. Bref je m’égare donc pour conclure : Merci

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s