Se jeter à l’eau

Et voilà, l’heure est venue d’inaugurer ce tout nouveau blog. J’entends parfois que le plus dur dans un roman ou dans une nouvelle, c’est d’écrire la première phrase. Passons sur le fait que je ne sois pas d’accord. Soyons honnêtes : passée la première phrase, il y a la première page, le premier chapitre, puis le milieu, ce moment où toi-même tu t’ennuies quand tu n’as pas envie de tout déchirer, et puis la fin, qui se doit d’être crédible, et intelligente, et intéressante, et bonne quoi ! Le plus dur dans un roman, c’est bien donc d’écrire le roman. Et je ne parle même pas de la phase de conception pure. Et de la réécriture. Et de la relecture. Et de la relecture bis et ter.

Un roman, un article, une nouvelle, un projet, une boîte, c’est pareil partout : pour commencer, il faut savoir se jeter à l’eau.

C'est peut-être plus facile d'écrire cet article, non ?
Pas besoin non plus d’une vraie falaise, heureusement !

 

Un blog, pourquoi ?

Parce que depuis quelques mois, cette idée me titille et se développe peu à peu. Mais je me réprimais : « je n’ai pas le temps, j’ai bien trop à faire », je disais, comme pour me déculpabiliser, pour repousser l’échéance du grand saut. Je dois avouer que j’ai parfois souvent tendance à m’éparpiller. J’aime m’investir un peu partout, souvent au détriment de mes propres projets. Ça me semblait donc être une bonne excuse. Sans parler de cette histoire de pseudo. Anonymat ou pas ? Total ou pas ? Deuxième compte twitter ou pas ? Comment faire pour séparer des histoires qui ont décidé de plus en plus de se mélanger ?Faut-il tout assumer ?

Et puis il y a quelques semaines, j’ai eu un déclic en lisant le premier article de Porte-Folies, quand Ben nous rappelle que « Life is for sharing ». Alors j’ai décidé qu’il était temps d’arrêter de me prendre la tête et de me lancer, une nouvelle fois. C’est ainsi que Louise Marie est née, armée de ses petits carnets. Un nouvel univers, pour mêler l’IRL et l’internet. Et advienne que pourra.

Ce n’est pas mon premier blog. Comme les autres, celui-là naît d’une sensation qui apparaît à chaque fois que je lis les derniers mots d’un bon livre : l’envie de partager.

Mais partager quoi ?

Eh bien, déjà, des gifs d’Albus Dumbledore. Pour trouver le bonheur même dans les heures les plus sombres, tout ça…

Je me rassure comme je peux…

Ce blog, c’est une façon pour moi d’allumer le feu la lumière. Sur quoi ? Sur mes jeux de mots stupides, déjà. Sur les livres que j’adore, que j’aime, que je déteste aussi. Sur de grands auteurs, mais aussi sur les petites perles qu’on peut dénicher parmi les nouveaux auteurs français et les petites maisons d’édition. Et puis sur mes textes, parfois. Sur mes gribouillages plus ou moins maladroits et mes projets plus ou moins sensés.

Les critiques, vous les trouverez dans la catégorie Page Rêveuse. Les projets, nouvelles et autres textes bien à moi, ce sera dans Page Blanche. Et dans Page Hétéroclite il y aura mes propos inclassables. Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ?

De quoi découvrir toutes les pages des Petits Carnets de Lou.

Publicités

6 réflexions sur “Se jeter à l’eau

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s